Plantier du Maine Gagnaud à Ruelle (16) : PC déposé

L’OPH de l’Angoumois nous avait déjà fait confiance au préalable, pour 2 opérations à Fléac (16) – la réhabilitation de l’ancienne poste et la réhabilitation d’une ferme en centre bourg, livrées en 2018 et 2019. Cette confiance nous a été renouvelée en juin dernier, avec la notification de la commande de 23 logements sur le site du Plantier du Maine Gagnaud à Ruelle-sur-Touvre, dans l’agglomération du Grand Angoulême.

Cette opération mixte de logements individuels et intermédiaires, 100% en locatif social, se compose de 9 maisons T3 à T5 et de 16 intermédiaires T2 à T4. Les 23 logements d’origine ont été complétés par l’ajout de 2 T4 en cours d’étude.

Le planning d’avancement est respecté jusqu’ici avec le dépôt aujourd’hui de la demande de Permis de Construire, dont voici les 1ères images :

La présentation a été faite en comité restreint à la Mairie le 24/10/2019, à la suite de quoi un entrefilet a paru dans la Charente Libre le 06/11/2019 que voici :

Un des enjeux du projet proposés par le Maître d’Ouvrage est l’utilisation de matériaux bio-sourcés. Le gros-œuvre devrait être réalisé en grande partie à base de blocs de construction de béton-chanvre, comprenant 70% de chènevotte (système Biosys de Vicat – Vieille Matériaux), 100% des toitures végétalisées, et l’utilisation de peintures végétales, entre autres.

Ces solutions offrent une excellente performance thermique et acoustique, un déphasage important favorable au confort d’été et une maîtrise des eaux pluviales avant rejet au réseau sur un site aux fortes contraintes géologiques (infiltration impossible sur le terrain). Le bilan carbone devrait être élevé.

Nous vous tiendrons au courant de l’avancement du projet dans nos prochains posts.

Plantier du Maine Gagnaud à Ruelle (16) : PC déposé

Le nouveau site de Baobab bientôt en ligne

Comme vous avez tous pu l’observer, le site de l’Atelier Baobab n’est pas visible sur tablette ou smartphone. En effet, composé sur une ancienne version de Webacappella, il comprend beaucoup de Flash et n’est pas responsive.

Mais tout ceci va changer!

Fin mai 2019, nous allons publier la nouvelle version de notre site internet, enrichie de nouveaux contenus, et avec une nouvelle interface de navigation, un visuel entièrement repensé, et surtout, RESPONSIVE. Pour ceux qui ne sont pas familier du vocabulaire de web design, notre site sera visible sur tout support et adaptable à toutes les tailles d’écran.

À bientôt pour tester cette révolution, et n’hésitez pas à donner votre avis.

Le nouveau site de Baobab bientôt en ligne

Retour à Dornbirn

Ce début mars a été l’occasion, 10 ans après une 1ère visite dans le Voralberg autour de la construction bois, de retourner pour un court laps de temps sur les rives du lac de Constance (Autriche).

Le concepteur/fabricant autrichien de luminaires Zumtobel nous ayant invités pour un séminaire sur l’éclairage architectural, nous avons pu sur ces 2 jours visiter quelques réalisations de qualité mises en lumière grâce aux solutions de cet industriel, telles que le Messe Dornbirn halls (en présence des architectes Marte Marte Architekten), le Musée du Voralberg (en présence des architectes Cukrowicz Nachbaur Architekten) à Bregenz, et le KUB de Peter Zumthor seulement approché lors du précédent séjour – les horaires autrichiens – ainsi que du Forum Lumière et de l’usine-siège de Zumtobel – mais là, photos interdites dans les ateliers de fabrication.

En marge de ces visites, quelques déambulations dans les environs et en ville nous ont permis de découvrir des espaces publics brillamment éclairés, et des bureaux saisissants de rigueur, avec un rien de fantaisie dans un léger twist des façades, de Baumshlager Eberle Architekten

Voici un florilège des photos de ces belles expériences.

 

 

Retour à Dornbirn

Responsabilité

J’ai assisté vendredi dernier à une journée de tables rondes sur la qualité des constructions organisée par le CREAHd : Boostez la qualité, construire des logements collectifs en 2017.

Les débats ont été de haute tenue. L’ensemble des informations que j’ai pu récolter sur les pathologies et bonnes pratiques dans la réalisation des balcons, de l’ITE et des réseaux intérieurs de plomberie et ventilation va évidement nous servir pour contrôler encore un peu mieux la qualité de réalisation sur nos chantiers et améliorer nos prescriptions et méthodes en conception. Que du positif!

Un sujet a fini par émerger lors de la synthèse effectuée par le président de l’AQC (Agence Qualité Construction), qui m’a interloqué et auquel il semble pertinent de chercher une réponse. Ce n’est pas moi qui l’apporterai ici, mais le débat mérite d’être lancé : faut-il aussi rechercher la responsabilité de celui (client, donneur d’ordre, maître d’ouvrage) qui ne se donne pas les moyens nécessaires pour faire (pour bien faire s’entend)?

Nous sommes à un point clef. L’enchevêtrement inextricable de toutes les strates de réglementations, codes, normes et contraintes divers, l’accroissement du nombre des acteurs, demandant un surcroît constant d’expertise et de savoir-faire, vient percuter de plein fouet la baisse constante des honoraires et des moyens de la maîtrise d’œuvre depuis quelques années, alors que l’acte de construire se complexifie sans cesse.

S’il peut être vrai que ceux-ci ont été exagérés, et pas toujours justifiés, il y a quelques décennies, nos moyens sont aujourd’hui d’évidence insuffisants pour faire face à la pléthore des tâches à accomplir. Le recours de plus en plus fort à la main d’œuvre détachée, la pression exercée sur les prix, la difficulté croissante à rencontrer des ouvriers parlant voire comprenant le français, les techniques et matériaux en évolution constante, les nouvelles technologies et le BIM, ainsi que le manque criant de moyens ne permettant pas une présence extensive sur les chantiers paraissent en effet concourir à la recrudescence des sinistres. Et s’il est évident que les entreprises et la maîtrise d’œuvre sont logiquement appelées à rendre compte lors des expertises, la question posée plus haut trouve tout son sens.

Responsabilité

Reprise

La sortie de l’été 2016 marque la fin d’un cycle, qui va faire place à l’ouverture d’un nouveau cycle opérationnel comprenant les travaux du centre bourg de Bénesse-lès-Dax (démarrage prévu en octobre) et de Fléac, où l’ancienne Poste devrait se muer en logements dès cette fin d’automne, suivie du réaménagement d’une ferme en centre bourg en début d’année prochaine.

Avec la livraison des logements rue Camille Sauvageau, de l’IGN et de la résidence Gaston de Foix, les 12 derniers mois auront été bien remplis sur le front des chantiers avec pas moins de 5 réalisations simultanées.

En avant-première, voici quelques images de l’extension des bureaux de l’IGN, livrés hier:

 

Quelques images également de Gaston de Foix, réalisation de logements semi-industrialisés selon le procédé SYLVANIA, développé par Aquitanis, livrés le 8 juillet dernier à la Teste-de-Buch, sur le bassin d’Arcachon :

 

et pour conclure, quelques photos des logements rue Camille Sauvageau, livrés fin juillet.

 

 

Reprise

C’EST LA SAISON DES CHANTIERS – ÉPISODE DOUBLE 2 et 3

L’épisode 1 de cette saison était une sorte de pilote. Une validation était nécessaire avant d’envisager une suite.

Cette suite arrive donc, après de très longs mois d’attente pendant laquelle les travaux se sont poursuivis, avec plus ou moins de bonheur, de coups de gueule et de désillusions. Car s’il y a de grands moments de solitude sur les chantier, il y a aussi quelques instants de plaisir, des temps de rêverie en contemplant le bon avancement et la bonne tenue des travaux.

Ainsi, voici ce que vous avez manqué depuis l’épisode 1, et cela justifie bien un épisode double :

Rue Camille Sauvageau, il y a de gros progrès depuis l’ouverture en mars dernier. L’ensemble du clos-couvert est achevé, et le second œuvre avance à un rythme soutenu.

La résidence Gaston de Foix 2 à la Teste-de-Buch va bientôt atteindre un palier considérable, puisque nous livrerons pour la visite du maître d’ouvrage le logement témoin le 22 février prochain et les travaux de VRD commenceront en mars. Toutes les maisons sont hors d’eau et hors d’air, et l’ensemble de la plâtrerie sera achevée dans 3 semaines! Livraison attendue fin juin.

La surélévation d’une maison à Eysines qui sera livrée mi-mars. Là, les difficultés sont nombreuses, les enjeux et les défis importants : budget serré, difficulté technique forte pour une opération qui comporte simultanément une restructuration partielle et une surélévation qui engendre par la même occasion une extension côté jardin. Avec des clients relogés tout près, attendant fiévreusement de rentrer dans leurs pénates. Le tout en corps d’état séparés avec des méthodes constructives hétérogènes (maçonnerie et mur ossature bois sur l’enveloppe, plancher intérieur bois de grande portée pour ne pas surcharger la structure existante, et autres délices à la clef). Un jour prochain, c’en sera la fin.

L’immeuble Marengo/Permentade va rentrer en chantier après quasiment un an d’efforts au mois de mars prochain. Nous en reparlerons donc à l’occasion de prochains épisodes.

L’extension de la Direction Interrégionale Sud-Ouest de l’IGN est elle aussi sur les rails, après un an de report et une menace qui pesait lourd de décaler à 2016. Les ouvrages ont été entamés en décembre 2015… c’était du peu au jus mais ce sera condensé en 7 mois pour une livraison prévue en juin 2016. Nous réalisons là notre 3ème chantier en CLT, après notre maison/agence et l’espace réceptif de la Salle Jean Dauguet, avec toujours autant d’enthousiasme pour ce matériau.

Et des livraisons sont à noter. Tout chantier a pour finalité d’abriter des habitants et des activités, et donc ne doit pas s’éterniser.

Les 2 logements-témoin de Claveau sont livrés; entre temps, l’appel d’offres pour la restructuration de l’ensemble de la cité Claveau a été lancé, mais notre candidature n’a pas été retenue, faute d’expérience en réhabilitation participative.

La résidence des Pins a bien été livrée en 2015, en février avec des péripéties qui ont pu nous faire sourire, mais tout se termine bien.

Nous vous réservons pour les épisodes à venir enfin, des aventures exotiques en Charentes (Fléac près d’Angoulème et sa Poste) et dans les Landes, à Bénesse-Lès-Dax après le PC obtenu fin décembre pour 26 logements sociaux. Les consultations sont ouvertes.

Restez connectés pour nos prochains épisodes sur le Blog de Baobab.

C’EST LA SAISON DES CHANTIERS – ÉPISODE DOUBLE 2 et 3